Magmatic x In process

Inprocess est un mini-festival qui invite artistes, artisans et designers, professionnels comme amateurs, à se rencontrer, échanger et débattre, autour d’une exposition et d’un cycle de Rendez-Vous (tables rondes, conférences, workshops).

Savez-vous que l’on peut “toucher avec ses yeux” ? Pour cette nouvelle édition nommée SUPERVISION, nous nous interrogeons sur la manière dont nous regardons, voyons et contemplons les objets, les images et les espaces. SUPERVISION c’est à la fois “superviser” un projet, et “vision” pour le regard vers l’œuvre.

Du 13 mai au 11 juin 2021

Exposition et certains Rendez-Vous : Salle Fabrÿk, abbaye de Forest (1190)

Autres Rendez-Vous : A venir

+ d’information (instagram+facebook) : @inprocess_forest

Magmatic vous propose de découvrir le travail de quelques artistes présents lors d‘In Process :

Camille Cornillon

Formée à la céramique à Amsterdam, c'est dans son atelier à Forest que Camille poursuit son travail de la terre façonnée au colombin. Son approche moderne du grès donne à voir des pièces aux couleurs vives et aux motifs variés. Jonglant entre sa pratique personnelle et la transmission de sa passion à ses élèves, c'est dans la fine zone qui sépare l'art de l'utilitaire que Camille navigue librement.

Darius Dolatyari

Darius Dolatyari-Dolatdoust est un artiste-plasticien, performer et créateur de costumes français, vivant et travaillant à Bruxelles. Après des études de Design de Mode à l'École Duperré et de Design Graphique à l'École Estienne de Paris, il vient de terminer un Bachelor en performance et chorégraphie à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Depuis 2019, il dirige en collaboration avec Joan Arki-Langevin, un espace artistique indépendant appelé La Cave, basé à Bruxelles. Il a développé une recherche autour du vêtement comme une enveloppe, où le «costume» dans son essence produit une chorégraphie. Ses recherches mettent en évidence la potentialité performative inhérente au costume, sa capacité intrinsèque à offrir à l'interprète une manière de (re) modeler, de (re) bouger, de (ré) s'inventer. Cette relation de pouvoir est mise en valeur par les histoires qui le traversent, personnelles et intimes, celles qui remettent en question son identité, son sexe, son corps. Le costume produit ses propres mouvements en réorganisant l'espace du corps, définissant ainsi un nouveau cadre d’expérimentation. Porter ces costumes, c'est dialoguer avec l'histoire, grande ou petite, c'est danser dans le passé, c'est voir une réalité mystifiée. Ses créations plastiques s'engagent dans un dialogue d'images qui appellent à de nouveaux mythes, racontant des êtres chimériques en voyage, où l'amour est toujours l'issue du combat.

Camille Mézi

Atelier MZI est né de l’envie de décloisonner l’Art, le Design et l’Artisanat. Avec des pièces à mi-chemin entre œuvre et objet de design/artisanal, Camille, la fondatrice, questionne les frontières de ceux-ci. Les tapis deviennent tapisseries, les tapisseries deviennent tapis. Chacun décide de la fonction qu’il souhaite lui donner. Les céramiques fonctionnelles peuvent devenir objet non usuel et les sculptures quant à elles peuvent parfois trouver une fonctionnalité. C’est grâce à ses études en Design textile puis en Arts Textiles-Tapisserie, en sculpture et plus récemment en céramique, que Camille a affiné son univers et a défini son projet. Les différentes compétences techniques acquises l’ont amenée à se questionner sur les liens entre celles-ci et à les faire s’entrecroiser. Inspirée par l’architecture, l’habitat et la culture matérielle, elle navigue dans un univers à la fois abstrait et figuratif, réel et imaginaire, formel et interprétatif.

Pauline Reyre

Pauline Reyre vous présente sa série en cours ``Des Histoires de Nappes`` actuellement en exposition aux abattoirs de Bommel. Pauline questionne “l’objet témoin”, la trace, le repas, le quotidien. Pour ce projet, elle a demandé via les réseaux sociaux, à des inconnu.e.s d’accueillir des nappes blanches chez eux, de les intégrer dans leur vie courante. Elles sont ensuite utilisées pendant les repas, qu’ils soient solitaires, en couple ou pour une fête. Elles deviennent ainsi témoins de la vie de leurs hôtes. Après un délai d’utilisation, Pauline est invitée à la table des volontaires pour le dernier repas de la nappe et leur première rencontre. Le repas terminé, elle prélève l’objet-témoin et produit un petit fanzine avec les recettes, le Cuizine.

Stéphanie Vilayphiou

Stéphanie est designer graphique et développeuse web de formation. Enseignante à l’ERG (école de recherche graphique) au sein du pôle Media, elle y encadre plusieurs cours autour du numérique, de l’expérimentation et du logiciel libre. Sa pratique du code se retrouve dans sa résidence à Green Fabric: utiliser des algorithmes pour générer des motifs, hacker d’anciennes machines à tricoter électronique mais aussi initier de manière plus décomplexée le public à l’informatique et au code et par cela réaffirmer la filiation directe souvent oubliée entre textile et ordinateur. En parallèle de cette recherche artistique, elle fabrique des accessoires textiles avec des couleurs chinées issues de fils de récupération.

X